G

— Parc naturel régional du Massif des Bauges —

Bauges aller/retour

ESAAA

préparer votre itinéraire
Bauges aller/retour

Les étudiants de master design investissent le Parc naturel régional du Massif des Bauges avec une série d’installations et autres dispositifs artistiques.


Ils y soutiendront leur diplôme les 25 et 26 juin prochains. Ces œuvres seront visibles tout l’été, proposées au public dans le cadre d’un parcours-visites.


Exposition présentée par l'ESAAA

www.esaaa.fr


Le parcours / Le projet / Les étudiant-e-s


Lola Laville manipule et détourne des objets observés en Bauges par un geste sculptural qui révèle une certaine poésie ou une histoire liée au territoire. Elle s'intéresse aussi aux animaux qu’on croise en Bauges comme les vaches, les chèvres et les abeilles en fabriquant des sculptures pour ou avec eux. Elle s’est attachée particulièrement à la ferme de la Marmotte où elle implante une sculpture inspirée des grattoirs à vaches et au détournement d’une balise routière où elle a installé un essaim d’abeilles. D’autres objets viennent se glisser dans le parcours entre ces deux sculptures.


Accès :
- Balise d'abeilles, Chef Lieu, 73340 Le Noyer, sur la pointe du parking en face de l'Herbier de la Clappe, derrière le panneau d'indication "Chez Cyrille"
- Sculpture pour vaches, La Frenière, 73340 La motte-en-Bauges, sur le pré à vaches qui borde la ferme de la Marmotte-en-Bauges



Cora Guithon
s’intéresse aux bars et aux auberges en Bauges pour produire des vidéos. Elle a écouté des conversations échangées pendant les parties de belote à l’auberge de Rosette au Cimeteret, au bar du Chéran ou encore à l’Oasis qui est le repère des chasseurs au village d’École. Elle a interagi avec les clients et les barmans afin de saisir l'ambiance des troquets qui sera l'objet de son film. Elle s'intéresse aussi aux artisans, aux fermiers et aux chevriers et tente de dresser leurs portraits. Elle a rencontré un forgeron à la Compôte, un chevrier à École et un jeune collectionneur de voitures.

Accès :
- Les îles du Chéran, plan d’eau de Lescheraines
- Projections au début des séances Cinébus > + d'infos facebook.com/parcdesbauges



Laëtitia Chamekh se demande comment se fabriquent les formes collectives, comment elles se racontent et quels sont les objets utilisés en commun. En Bauges, elle s’est greffée à des gestes collectifs comme construire un four à pizza à la Fabrique (café culturel à Lescheraines), réparer un quad ou semer des graines à Lescheraines. Elle s’inspire des pratiques collectives pour écrire des récits fictionnels autour d’objets baujus et propose trois enregistrements radiophoniques qui combinent ces récits à d’autres gestes racontés et enregistrés.


Accès :
- Café culturel La Fabrique, Lescheraines
- Radio Alto, Lescheraines > + d’infos facebook.com/parcdesbauges


Marie Chareyre questionne les clichés, les stéréotypes et les représentations de l'ailleurs dans notre quotidien. Elle s’attache à créer un nouvel imaginaire qui dialogue avec les lieux et le territoire des Bauges. Elle réalise des maquettes sculpturales de bâtiments aux façades singulières comme celles d’un supermarché au Châtelard. Elle accroche une peinture qui représente des plats chinois et utilise un produit aux notes tropicales pour nettoyer le sol d’une grange.


Accès :
- Ferme La Vallée Verte, Le Noiray, 73340 La Motte-en-Bauges
- Restaurant La Halte, Bellecombes-en-Bauges


Clément Bochart s’intéresse aux systèmes liés à la production et à la consommation. Il a récolté des éléments du paysage bauju comme le pissenlit et la monarde qui sont des éléments intégrés aux machines qu’il invente et qu’il présente cet été. Il fait intervenir des habitants, des insectes et des poissons locaux. Ces machines cohabitent entre elles créant un écosystème où chaque élément est essentiel au bon fonctionnement du système global.


Accès :
- La Chartreuse, Maison du Patrimoine, 73340 Aillon-le-Jeune


Mégan Veyrat répertorie des formes, des gestes et des couleurs qui la séduisent par leur potentiel sculptural. Les sculptures sont installées à la station d’Aillon-Margériaz qui est un lieu d'ambivalence entre effort physique et détente. Elles forment un ensemble où l’implication du corps est présente mais empêchée, contrainte voire impossible. Elle reprend la forme des souches d’arbres rencontrées au plan d’eau de Lescheraines, les sculpte et les installe à la station. D’autres sculptures se déploient tout autour.


Accès :
- Cascade de tyroliennes, Centre d'accueil, 73340 Aillon-le-Jeune


 


INFOS PRATIQUES


Pour voir le parcours, cliquez ici
Télécharger le dépliant

- ENGLISH -
The MA Design students at the ESAAA invest the Regional Natural Park of the Massif des Bauges with a series of installations and other artistic propositions. These artworks can be seen throughout the summer during a tour-visit.
©ESAAA